17 mars 2019

La loi du plus fort

Je viens aujourd'hui vous parler d'un sujet qui me tient à cœur.
De tout temps, la nature humaine a déployé ce qu'il y a de plus beau comme de pire en elle.
Nous vivons dans un monde duel, où nous avons ce que j'appelle "Le libre choix" d'agir en son âme et conscience. Quels que soient les choix que nous faisons, ils ont tous une répercussion en nous, mais également autour de nous.



Lorsque un enfant est battu, violenté, c'est la terre entière qui tremble. Lorsque du venin est envoyé à une personne ou à un groupe, la même conséquence se produit. Nous ne sommes pas divisés, nous sommes reliés les uns aux autres, que l'on en aie conscience ou pas.

Nous vivons dans un monde de domination, où la loi du plus fort est celle qui prime sur la pureté des sentiments tels que la bonté d'âme, l'humilité, la joie, le bonheur etc.
De tous temps, les bons ont été accablés, humiliés, persécutés, leurs propos ont été détournés de leur sens et manipulés...
Tous les moyens sont bons pour éteindre la Lumière de l'autre. Pourquoi ?

Les individus persécuteurs sont des âmes dirigées par leurs têtes, autrement dit, par leurs egos. On ne peut pas faire de mal si l'on est centré dans son cœur. On n'a pas envie de blesser, d'accabler les autres. C'est ce qui s'appelle être empathique.
Lorsqu'un individu veut rabaisser, humilier, éteindre, détruire l'autre, c'est qu'en lui se trouve une faille que les professionnels de la médecine appellent : une blessure narcissique. Ces êtres sont prêts à tout pour rabaisser l'autre afin d'imposer une"autorité", un "pouvoir" qu'ils ont l'illusion de posséder. En effet, lorsqu'un individu s'enorgueilli d'avoir réduit, rabaissé, humilié une personne,

ce n'est pas l'autre qu'il a rabaissé, mais lui-même



Jésus utilisait cette parabole : "Les premiers seront les derniers, et les derniers seront faits premiers". Il faut comprendre que tout se qui est fait ou dit au nom du cœur, dans une attitude de service au nom du bien, marque non seulement les âmes, mais sa propre âme également. En effet, faire le bien nous élève considérablement.

A l'inverse, lorsqu'on persécute une personne au nom de ses convictions, ou d'une quelconque justice, aime-t-on vraiment ?


Depuis petite fille, j'ai toujours fait face à des individus prenant plaisir à m'humilier. J'ai été persécutée, harcelée, j'ai également subi l'oppression ainsi que le racisme. On a raconté toutes choses de choses sur moi, et c'est encore le cas aujourd'hui, surtout "en étant publique".
Dans une seule vie, cela fait beaucoup, me direz-vous ! Oui, je suis bien d'accord. Et pourtant, je reste centrée dans mon cœur. Je ne souhaite pas répondre à la haine par la haine. J'ai bien conscience que la personne faible n'est pas celle qui est persécutée, au contraire !
Mais pourtant, dans ce monde, ce sont ceux qui persécutent qui sont glorifiés. Triste monde.

La vérité nourrit l'âme, le mensonge la ronge
Gandhi 

Par ces mots, je viens vous apportez une manière différente de voir "la loi du plus fort".
J'ai lu il y a bien longtemps un livre d'enseignements spirituels par Confucius.
Un paragraphe m'a profondément marquée, tant il résonnait en moi. Je le partage avec vous aujourd'hui, car il fait sensiblement écho à mon article :

Il était une fois un jeune garçon colérique. Son père lui donna un sac de clous et lui dit d’en planter un dans la clôture du jardin chaque fois qu’il perdrait patience avec quelqu’un. Le premier jour il planta 33 clous dans la clôture.
Les semaines suivantes, il apprit à se contrôler, et le nombre de clous plantés diminua progressivement : il avait découvert qu’il était plus facile de se contrôler que de planter des clous.
Finalement, arriva un jour où le jeune garçon ne planta aucun clou dans la clôture. Alors il dit fièrement à son père, que pour ce jour, il n’avait planté aucun clou.
Son père lui demanda alors d’enlever un clou dans la clôture pour chaque jour où il n’aurait pas fait de colère. Les jours passèrent et finalement le garçon en arriva à dire à son père qu’il avait enlevé tous les clous de la clôture. Son père le conduisit devant la clôture et lui dit : « Mon fils, tu as remporté ton combat contre la colère, mais regarde tous les trous qu’il y a dans la clôture. Elle ne sera jamais comme avant. Quand tu es en colère et que tu dis des choses méchantes, tu laisses une blessure comme celle-là. Gare à toi car tes mots laissent des traces indélébiles. »

Lorsque quelqu'un s'abandonne à sa colère, il en est la première victime
Gandhi






Oui, les mots, les actes laissent des traces indélébiles dans nos âmes, et donc dans le monde. Si nous souhaitons vivre dans un monde meilleur, plein de bonté, prenons garde à nos élans vindicatifs, sachons regarder à l'intérieur de nous ce qui semble souffrir plutôt que d'accabler l'autre dont le rôle se limite simplement à mettre en lumière notre part d'ombre.

C'est l'Amour que nous devons honorer,
pas la méchanceté
Ce sont les personnes dont le cœur est pur que nous devons honorer et glorifier,
pas les personnes dont le cœur est noir


Vous trouvez mon texte niaiseux, romantique, mièvre ? Vous avez raison...c'est tellement plus estimable d'être quelqu'un de méchant...
Ce n'est donc pas à vous que mes propos s'adresse...quoi que ? Il suffit de si peu d'ouverture d'esprit et de cœur pour grandir..

Les personnes dont la bonté d'âme, la Lumière dérangent ceux qui portent l'orage en eux doivent continuer de briller malgré l'adversité !
Les autres doivent développer leur discernement et ne pas "boire" les paroles de ceux qui veulent éteindre la Lumière chez l'autre.
Quand aux persécuteurs : vos actes, vos paroles parlent pour vous, en d'autres termes vos actes "vous trahissent", mais le pire n'est pas tant le mal que vous faites autour de vous ! Votre inconscience est telle que vous ne comprenez pas que c'est à vous que vous faites le plus de mal : vous plantez des clous dans votre propre âme.

A vous qui me lisez, je vous en prie, lisez avec votre cœur, pas avec votre tête. Car ma voix parle à votre âme, pas à votre ego. Je vous invite également à écouter toute personne non pas avec vos oreille (ou votre tête) mais avec votre cœur...afin de ressentir la justesse au plus profond de vous. Vous entendez des propos qui ne résonnent pas en vous ? Soit. Passez votre chemin avec bienveillance. Car...la bienveillance c'est de l'amour...Vous avez le droit de ne pas être d'accord, vous avez le droit d'user de votre discernement, et de votre libre choix, mais soyez bienveillants avec autrui, car l'amour conduit à la sagesse et la sagesse conduit à la maturité émotionnelle, puis spirituelle.

Des êtres réellement compassionnels
n'occasionnent pas de souffrances telles que 
des "traces de clous" dans le cœur des autres.

Si vous êtes sur un chemin de bonté et d'élévation d'âme, nul doute que vous comprendrez ces mots.
Avec amour, toujours.
Lucie Robin

Partage cet article s'il résonne en toi et que tu penses qu'il pourrait aider quelqu'un.
NB : Tu peux également t'abonner à la Newsletter de Haute Fréquence TV en cliquant ici :